bandeau
agrandir le texte retrecir le texte 

Influenza aviaire : risque élevé dans les Pyrénées-Atlantiques

Après la découverte de plusieurs foyers d’influenza aviaire, le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a décidé de relever le niveau de risque vis-à-vis de cette maladie au niveau « élevé ». Le département des Pyrénées-Atlantiques est concerné.

Ce niveau de risque « élevé » entraine la mise en place de mesures de protection renforcée :
• Claustration les volailles ou mettre des filets de protection sur les basse-cours afin d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages.
• Exercer une surveillance quotidienne de vos volailles et oiseaux. En cas de mortalités anormales ou signes d’alerte (baisse de ponte ou de consommation d’eau et d’aliment), les propriétaires de volailles ou d’oiseaux doivent prendre contact avec leur vétérinaire qui informera la DDPP.
• Protéger vos stocks d’aliments des oiseaux sauvages, ainsi que l’accès à l’approvisionnement en aliments et en eau de vos volailles.
• Interdiction de tout rassemblement de vivantes : marchés, concours, expositions.
• Interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée en France.

De plus, il est demandé aux propriétaires de basse-cours de se déclarer soit à l’aide du CERFA n° 15472, téléchargeable ici et à déposer en Mairie, soit en réalisant la démarche en ligne via ce lien

L’influenza aviaire hautement pathogène est une maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse qui affecte les oiseaux. La consommation de viande, foie gras ou œufs ne présente aucun risque pour l’Homme.

Le strict respect de mesures de biosécurité et de claustration visent à prévenir le risque d’introduction du virus dans les élevages et lieux de détention. Elles doivent être scrupuleusement observées par tous les détenteurs de volailles et d’oiseaux. De plus, une grande vigilance et réactivité de tous s’imposent pour une détection précoce en cas d’introduction du virus, ce qui limitera la diffusion.